Accueil Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) Page d'accueil - Projet d'études sur les technologies de l'information et des communications (ÉTIC) - CEIM
Accueil CEIM / Accueil ÉTIC / Publications / Observatoire sur les Afriques (CAP-Afriques) / Entre unité et stabilité : la quête d’une voie pour l’intégration (...)

Entre unité et stabilité : la quête d’une voie pour l’intégration africaine 60 ans après

Puce noire Volume 6, numéro 1, Mai 2023 , Observatoire sur les Afriques (CAP-Afriques)

Résumé analytique

Le 25 mai 1963, l’Organisation de l’unité africaine (OUA) naissait en Éthiopie. La création de l’OUA a été possible grâce aux efforts de 32 États réunis à Addis-Abeba, déterminés à jeter les bases d’une union politique et économique de l’Afrique et ce au lendemain de l’indépendance des pays du continent. La souveraineté des nouveaux États indépendants rimait alors avec l’unité du continent. Cette ambition d’unité fait partie des vocations initiales du panafricanisme, lequel se traduit, par ailleurs, par l’ambition d’un gouvernement africain, selon la vision du président ghanéen de l’époque, Kwame Nkrumah. Dans son credo "Un gouvernement de l’Union pour une Afrique unie", (Lecoutre, 2007), il y avait l’idée d’institutionnaliser des politiques communes et une unité politique au niveau régional. C’est une approche qui fait de la construction d’une identité politique africaine une condition de la prospérité et de la stabilité du continent. Réactualisée par la Déclaration d’Accra de 2007, dont le modèle d’intégration réaffirme le projet des « États-Unis d’Afrique », cette idée est portée par certains leaders africains comme le Colonel Muammar Kadhafi (un des chantres contemporains des « États-Unis d’Afrique). Déjà avec la création, en 2002, de l’Union africaine, se profilait le projet d’un gouvernement de l’Union et des États-Unis d’Afrique. Il n’en demeure pas moins que l’approche a été inversée. En 1999, les États membres de l’OUA ont pris la décision évidente de remplacer l’OUA par l’UA, comme condition nécessaire à l’accélération du processus d’intégration du continent. 60 ans après la naissance de l’OUA et 40 ans avant 2063, l’unité africaine est-elle conforme à "L’Afrique que nous voulons" ? Comment le continent réagit-il face aux enjeux communs et mondiaux ?

Le présent numéro de VigieAfriques s’y penche, avec les contributions de Nicholas Good, Charlie Mballa et Mohamed Mehdi Soufargi.

Contenu

L’intégration continentale par l’intégration sous régionale :
problèmes et défis .......................................................................2
Les changements climatiques : une menace sécuritaire que
l’Afrique partage avec le reste du monde....................................5
Naissance de l’Alliance Politique Africaine : vers une
« dépolitisation » de l’intégration continentale ?.......................11

Documents joints

info document (PDF - 1.5 Mio)

Partager

Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) ceim @uqam.ca Retour en haut de la page
Nos partenaires        Université du Québec à Montréal (UQAM)        Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)        Fond de recherche sur la société et la culture | Québec        Ressources humaines et Développement des compétences Canada