> >

Le Réseau international de la concurrence


L’ordre économique d’après-guerre a été construit sur l’idée de la liberté de commercer ; il n’en demeure pas moins profondément arrimé au principe de souveraineté des États. Malgré le fait que la concurrence se soit, tout comme les entreprises, globalisée, les règles qui s’appliquent à elle sont quasi inexistantes à l’échelle internationale. En dehors de l’Europe communautaire qui reste un cas particulier, les politiques de la concurrence - lorsqu’elles existent ! – relèvent toujours directement des législations nationales. Une telle situation n’est bien entendu pas sans effets : conflits de juridiction, coopération limitée et, pour l’essentiel, volontaire, absence de coordination dans les poursuites, affaiblissement des normes nationales pour attirer les investissements ou soutenir ses propres entreprises, etc. Au bout du compte, une telle situation ne profite à personne, sinon aux entreprises dont la taille, la puissance et l’influence les mettent souvent à l’abri des poursuites ou favorisent les cas à l’amiable.

[Suite dans le document joint]

Partager sur :

Dernières publications

NOUS JOINDRE

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
ceim@uqam.ca

À PROPOS

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

ABONNEZ-VOUS AU BULLETIN DU CEIM