> >

Le point de vue des experts

Appel à propositions | L’État dans les Afriques : État des lieux

Date limite de soumission de propositions : 30 novembre 2022


Mise en contexte

Il héberge plus d’un milliard (1,3 milliard) d’habitants (17% de la population mondiale. Il est en voie de représenter plus de la moitié de la croissance démographique dans le monde, d’ici à 2050. Sa subsaharienne doit doubler d’ici à 2050, d’après les chiffres de l’ONU. Une institution pancontinentale (l’Union africaine) y fédère 55 membres. Il a plus grande zone de libre-échange au monde, la ZLECAF. Peut-on en déduire que l’Afrique est bien partie ? Le bilan accablant que René Dumont (1962) dressa jadis à tout le moins en ce qui est de l’Afrique noire est-il à classer dans le musée de la désuétude ? Pour bien d’observateurs, aujourd’hui l’Afrique semble rompre avec le passé. Que reste-t-il du « siècle de l’Afrique » qu’appelait de tous ses vœux Nelson Mandela ? Ce dernier déclarait un jour, en effet : « Nous arrivons au siècle de l’Afrique, un siècle où l’Afrique aura sa place parmi les nations du monde. » (BBC, 2015). C’était sans compter avec la COVID – 19, une pandémie qui a fait son irruption dans les agendas des politiques publiques dans le monde et monopolisé quasiment l’actualité dans tous les médias. Le continent africain pourrait durablement subir les impacts immédiats et différés de cette crise socio sanitaire. On s’attend à ce que le monde d’avant et celui d’après COVID-19 ne soient pas pareilles, encore moins les Afriques d’avant et celles d’après COVID – 19. Malgré la relativité des statistiques, la pandémie révèle au grand jour – et de manière directe- les failles tant de nos dispositifs socio sanitaires, de nos systèmes de gouvernance (aux niveaux national, régional et mondial), que du multilatéralisme et de son fonctionnement. Comment se hisse l’intégration continentale, dans ce contexte d’adversité ? Quelle est la nature des partenariats internationaux mobilisés ? Quelles sont les opportunités offertes par la COVID 19 en termes d’innovation technologique ? Qu’attendre de « l’intelligentsia » et des entreprises africaines ? L’Afrique a-t-elle ou est-elle capable de tracer sa propre voie face à cette pandémie ? Autant de questions qui évoquent les nombreux défis auxquels s’ajoutent la crise sanitaire et auxquels les Afriques doivent faire face. Ils vont de l’accès difficile aux services publics jusqu’à la menace voire le risque terroriste en passant par la prolifération des conflits internes, toutes choses qui pèsent sur la stabilité du continent et complexifient la gouvernance de ses affaires. Ces défis se conjuguent avec une conjoncture internationale, un ordre mondial et des rapports de forces défavorables au continent. En même temps, de nouveaux débats s’ajoutent aux débats récurrents, relatifs, entre autres, à la zone Franc et au devenir de l’ECO, à la libéralisation des économies et du commerce intra- africain, aux investissements étrangers, à la stabilité de la région, au momentum de mise en œuvre de l’Agenda 2063. C’est pour répondre à ce contexte que le Groupe de recherche sur les Afriques (GRAAL) du Campus Saint-Jean (Université de l’Alberta) et le Centre d’analyse et de prospective sur les Afriques (Cap-Afriques), un observatoire partenaire du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) de l’Université du Québec à Montréal, appellent les contributions des chercheurs et experts travaillant sur les Afriques.

Thématiques

Plusieurs thèmes sont visés par l’ouvrage. Nous vous invitons à consulter le document en pièce jointe pour connaître la liste exhaustive.

Nous pouvons notamment retenir :
 L’Afrique et le monde
 Alimentation
 Attractivité nationale
 Démocratie et gouvernance
 ...

Calendrier à respecter

 Date limite de réception des propositions : 30 novembre 2022
 Date limite de réception des manuscrits : 31 mars 2023
 Date publication (chez L’Harmattan) : début décembre 2023

Soumettre une proposition d’article

Les propositions (d’une longueur de 250 mots) et les textes doivent être envoyés en format Word à l’adresse suivante : mballa@ualberta.ca

Informations à fournir
 Prénom et nom de l’auteur
 Notice biographique de l’auteur
 Un résumé des disciplines des sciences sociales touchant les thématiques visées
 mention claire du nombre de mots utilisés

Veuillez consulter le document en pièce jointe pour tous les détails et thématiques

Partager sur :

Événements à venir

NOUS JOINDRE

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
ceim@uqam.ca

À PROPOS

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

ABONNEZ-VOUS AU BULLETIN DU CEIM